Panier 0
La Révolution N'est Pas Un Diner De Gala

Ludwig Von 88

La Révolution N'est Pas Un Diner De Gala

€22.99

Alors que tout le monde les croyait morts ou réduits à jouer du balafon dans les maisons de retraites de Miami pour subsister, les Ludwig Von 88, après 14 ans d'absence, cèdent à la pression colossale de leurs adorateurs qui les menaçaient de n'écouter plus que du André Rieu s'il ne sortaient pas immédiatement un album 16 titres vendus chez tous les disquaires de la Chine profonde. Ni une, ni deux, les voilà, frais comme des Mao sortis de leur frigo, de retour sur le devant de la scène internationale : concerts, conférences, films, happenings, lecture de poésie, débat sur la pêche au mérou, marche contre l'intolérance, défilé topless dans les rues de Kaboul, participation en tant qu'Aziz à Loft Story, pique-nique bio en short en chanvre en soutien à José Bové et Jean-Pierre Galand (président !) et surtout, en guise de conclusion et histoire de d'immortaliser l'évènement, la réalisation du 16 titres réclamé à grands cris par tous.

Longue et semée d'embûches fut la route qui mena les Ludwig jusqu'à la sortie de ce nouveau disque. Enregistré dans le désert du Xiang-Kiang sans autorisation du parti communiste chinois (mais avec un bon générateur et quelques chameaux), il s'en fallut de peu, néanmoins, que le projet tombe à l'eau, et ce malgré l'absence de source à moins de 357 Km de là. En effet, les enregistrements ayant été effectués sur un micro-ordinateur PC tendance marxisme-maoïsme extra-plus (cadencé à 1917 MHz), les fichiers n'étant pas compatibles avec les PC version Colonel Fabien utilisés en France, ils furent censurés à leur retour à Paris. Il fallut donc procéder à un nouvel enregistrement dans des conditions de fortune, d'où le son assez 70's et, finalement, bien plus "hype". Fort de cette pirouette abracadabrantesque, le groupe pu procéder au mixage des bandes, qui, une fois n'est pas coutume, furent égarées. Un nouvel enregistrement fut fait, cette fois-ci au Studio Karma, qui par sa situation géographique idéalement placée (le Maine-et-Loire) et les bonnes vibes qui y planent assez fréquemment, se trouva être l'endroit le plus cool du 4-9 pour taper le bœuf entre keupons destroy. Ainsi naquit l'album qui allait défoncer le siècle de manière radicale, avec un peu de retard cependant, ce qui explique le pourquoi du comment du que les cartes postales sont parties en promo deux ans trop tôt (juillet 1998), opération marketing de grande envergure qui faillit couler le label (qui s'en remit cependant grâce aux ventes de sa kermesse mensuelle).

Le disque, à ce jour le meilleur des Ludwig et des autres réunis, et les doigts dans l'zen, contient les 16 plus gros tubes et donc potentiels de vente de toute l'histoire de l'industrie du disque. Les prévision de bénéfices pour l'année 2001 ayant été revus à la hausse par la société de cotation boursière Flouzedu Et Frères pour l'exercice en cours, le groupe a décidé de licencier, et ce pour satisfaire aux attentes des actionnaires. Le guitariste a donc été mis à la porte et sommé d'aller faire ses pitreries ailleurs. Avant de partir, il se vengea en incluant dans la chanson "77" (un hymne aux punks à chiens), le plus long solo de l'histoire du groupe (1'35) alors que c'était un morceau punk et que tous les journalistes savent qu'il n'y a jamais de solo de guitare dans un morceau punk ! C'est malin. On a l'air fin ! "La révolution n'est pas un dîner de gala", car c'est le titre de ce fabuleux album, inspiré par une réflexion qu'eut le Grand Timonier après avoir débarqué dans le Mac Do de Pékin, se situe dans la lignée extrême de l'école Post-French Touch mâtinée d'une larme d'Acid Reggae, une véritable tuerie auditive. On y retrouve bien sûr toute la mythologie et les thèmes forts qu'affectionnent les Ludwig (la bière, les filles et le foot).

Un monument ! Une lame de fond ! Une tempête d'émotion et de subtilité. UN GRAND DISQUE ! Le seul qui puisse encore faire rire et chanter Mao dans son congélo, le seul qui puisse faire pogoter Jean-Paul II et Rika Zaraï dans le même pot de bégonia, le seul qui puisse puisse être chroniqué à la fois dans Les Inrockuptibles, Rock'n'Folk et Spliff Gadget (10 Francs en promotion pendant tout le mois de Joint).

Un plan marketing de ouf pour cette version inédite en double album forgé dans le vinyle : Défilé place Tian An Men + longue marche de Shanghai à Paris + Défilé de chars fleuris "Cent fleurs pour le parti" + Meeting international d'athlétisme "le grand bond en avant" + Voyage organisé au Tibet (avec stands de tirs aux lamas) + Promenade nautique jusqu'à Taïwan.
16 titres (dont un véritable tube) déconseillés par le Medef, la fac d'Assas, Donald Trump et la tribune Boulogne.

Format LP : 2xLP (vinyles noirs) 16 titres + pochettes intérieures imprimées avec paroles et visuels variés et divertissants.
Inclus 16 titres Mp3 / 320 kbps à télécharger.

Année de réédition : 2016
Pressage original : 2000
Référence : AZMLP20
Trackliste :
A1- Mao
A2- Fracas
A3- Prolétaire (Arlette 2, Le Retour)
A4- Thorfin Le Pourfendeur
B1- Monde Violent
B2- Jeanne D'Arc
B3- Sebastien Furioso
B4- 77
B5- El Fuck Off
C1- Tango
C2- Yorkshire
C3- Kreutzfeldt Jacob
C4- Baby
C5- Baby country
C6- Baby reggae
D1- Rémy


Du même artiste